Le jeu est l’élément pédagogique le plus important dans le développement de l’enfant. C’est par le jeu qu’il apprend le plus efficacement.
Le jeu permet à l’enfant de se développer tant au plan physique, intellectuel qu’affectif. En jouant avec d’autres enfants, il se développe aussi au niveau social. Les jouets et les jeux que nous devons choisir doivent tenir compte de l’âge de l’enfant et de son niveau de développement. Ils lui sont bénéfiques, que les parents ou l’accompagnateur joue avec lui ou non.
C’est un vrai temps de partage et de lien social ! Apprendre par le jeu est ce qu’il y a de plus important pour l’enfant.
C’est ainsi favoriser son développement global. Le jeu est né avec les premiers hommes, les premiers enfants, les jeux du temps d’avant ne sont pas ceux d’aujourd’hui. Dans les années passées, les enfants inventaient leur jeu alors qu’aujourd’hui on leur donne des jeux déjà opérationnels.

Quels sont les intérêts des jeux traditionnels en Guadeloupe ?

Le jeu est pourvu de règles. L’enfant est contraint de les connaître et de les respecter.
Il s’adapte donc aux règles du jeu, ce qui lui permet de découvrir le monde qui l’entoure, d’établir une base au développement de sa personnalité, d’entrer en compétition sainement, d’établir des contacts avec d’autres enfants et d’utiliser sa créativité, son imagination.
Le parent qui joue avec son enfant contribue à favoriser et à consolider le lien d’attachement, très important dans le cadre de sa sécurité affective.
Jouer et faire jouer ou laisser jouer un enfant c’est dès bébé que cela se joue ! Jouer c’est stimuler le bébé !
Toutefois, il est important que des besoins tels que : dormir, manger, l’hygiène corporel soit d’abord satisfait.
Le jeu traditionnel indique l’inventivité permanente des enfants et des jeunes de Guadeloupe dans les années soixante.
A cette époque, il n’y avait pas de centres commerciaux pouvant permettre une distribution effrénée de jouets venus d’ailleurs que certains parents  achètent  sans compter pour faire  plaisir.
Un désir d’avoir un jouet un objet  vu à la télévision.
Mais le plaisir est tellement éphémère que quelques minutes plus tard  l’objet de satisfaction est abandonné malgré le sacrifice fait souvent par la mère.
La créativité de cette population à cette période fut liée au besoin d’activités ludiques pour s’épanouir, s’occuper et se développer.
Ces besoins naturels et physiologiques poussaient nos enfants à créer.
Pour cela, ils utilisaient généralement des objets rendus inopérants : des pointes, des couvertures de pots à  lait, des cercles de vélo ou de mobylette, des roues de véhicules, des planches de boites à morues etc.…
Tous ces objets de l’époque abandonnés dans la nature la polluaient.
Ce qui nous pousse à dire que déjà, les jeunes de l’époque luttaient contre la pollution, pratiquaient la récupération et étaient dans une logique de développement durable.
Cette facilité qu’ils avaient à créer est instinctive.
La créativité est en l’homme mais il crée par nécessité.
 Si des enfants n’ont rien pour jouer, alors ils créent leur jeu.
Mais si tout leur est donné, ils n’en verront le besoin, ils se contenteront d’utiliser ce qu’ils peuvent trouver dans le commerce.
Cela ne veut pas dire qu’ils ne peuvent pas créer.
Il faut si l’on souhaite qu’ils inventent, créer les conditions c’est à dire avoir un projet allant dans ce sens.
Les personnes qui aujourd’hui proposent des jeux traditionnels aux enfants veulent faire vivre le patrimoine et démontrer que ces jeux avaient des effets positifs sur nos enfants.
Ces acteurs sont des résistants culturels, ils font vivre l’identité créole.
C’est pourquoi nous les encourageons et nous incitons d’autres jeunes à se recentrer sur leur pays, leur nature pour à leur tour porter le flambeau.
Nous félicitons des gens comme Jean-Michel LAVITAL qui s’est investi très tôt dans la conception des jeux traditionnels, Januel CABBARUS avec son « Latilyé Kaladja », Jean-Paul QUIKO qui a crée sa société, Patrick  SOLVET qui a de la volonté et cherche à se faire une place, Bébé ROSPART, un vaillant  combattant ,Thiery CESARUS  un éducateur spécialisé qui ne manque pas une occasion de sortir son sac de jeux traditionnels pour ne citer que ceux-là.
Le jeu traditionnel est une source d’inspiration intarissable pour tout éducateur désireux d’axer son travail sur le développement authentique des enfants.