Kontakaz : La Génèse

Le processus de création de KONTAKAZ prend vie dans la cellule familiale, dans ce lieu de culture, de partage et d’amour.
Enfant, dans le hameau « Saint-Paul » aux Grands-Fonds de Sainte-Anne, les frères FERUS vivent dans un rêve où le conte tient la première place. Les acteurs de ce théâtre sont grand-mère Fiyot, Madame CUIRASSIER Destèra, ses fils Gérode, Richard et Omer. C’est là, sous l’oranger qui se trouvait devant la maison en bois dans le virage que la scène se jouait pour la grande joie des enfants du village.
Malgré la persistance de Madame FERUS Marcelle, fille de Fiyot et mère des frères FERUS, la coutume s’est éteinte avec l’arrivée de la télévision à la Guadeloupe. Mais, les enfants sont marqués à tout jamais par ces moments magiques qui joncheront leur vie.
L’amour du prochain, la solidarité, la conscience culturelle des petits fils de Fiyot est réelle, il ne restera plus qu’à la solidifier et à l’amplifier.
Dès l’adolescence, en effet, les frères FERUS vont se distinguer en prenant une part importante dans la vie associative au collège puis au lycée. Et c’est tout naturellement qu’ils se retrouvent dans les associations organisatrices de centre de vacances et de loisirs et les métiers sociaux.
En 1993, les frères FERUS créent une association qu’ils nomment l’Action d’Animation et ils mettent en place un camp de vacances patrimoine. Ils reçoivent des enfants de la France, Guyane, Martinique, et de la Guadeloupe. Un centre multiculturel où le patrimoine de la Guadeloupe est mis en valeur.
Le conte, les fruits, la nature, la langue et l’art culinaire de la Guadeloupe sont mis en avant. Le succès n’était pas au goût de tout le monde, la municipalité de Sainte-Anne ne donnât pas cher de ce projet et elle a cessé de mettre à disposition de l’association ses écoles. Lasse de se battre dans l’intérêt général, les frères décident d’abdiquer.
Mais ce que Fiyot a planté est bien enraciné !
Edgard FERUS conçoit un projet qui n’existe pas en Guadeloupe. Il veut réaliser le Festival du Conte Créole. Ces frères n’y croient pas car ils n’ont pas d’argent.
Comment réaliser un tel projet sans argent !La discussion est entamée comme souvent, ils se retrouvent et ça papote, ça rigole, ça blague. Dans la discussion un concept est né : un festival avec plusieurs conteurs, plusieurs arts, un spectacle.
Le principe est adopté !
Edgard va voir un ami de longue date, Richard SAINSILY. C’est la rencontre du conte du théâtre et de ce mariage naît quelque chose de beau, de magnifique autour de l’expression. Le conte n’est plus dit devant un public comme par le passé, mais il est joué, il est mis en scène.
Le conteur n’est plus qu’un conteur, un diseur de parole, il est véritable comédien qui transporte la parole avec des mots, des gestes, des mimiques, des sons, des images et de la musique.